"Bunyaydinyu Bagu", Alison MURRAY par Galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob | homify
Galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob

Galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob

Galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob
Galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob
Le numéro est incorrect. Merci de vérifier le code du pays, préfixe et numéro de téléphone.
En cliquant sur 'Envoyer', je confirme que j'ai lu le Politique de confidentialité et j'accepte que mes informations précédentes soient traitées pour répondre à ma demande.
Note : Vous pouvez révoquer votre consentement en envoyant un e-mail à privacy@homify.com
Envoyé!
L'expert vous répondra au plus vite possible!

Bunyaydinyu Bagu, Alison MURRAY

Alison Murray travaille au sein du centre d’art de Girringun, une petite localité située à 200 km au sud de Cairns, dans le Queensland.
Ce n’est qu’en 2009 que les artistes de Girringun ont révélé leurs œuvres au public australien, à l’occasion de la Cairns Indigenous Art Fair, où ils ont remporté un très vif succès tant auprès de la critique que des collectionneurs.

Les Bagu étaient à l’origine des planchettes à feu. Elles étaient traditionnellement composées de deux parties, le Bagu (corps) et le Jiman (bâtonnet). Ces objets avaient une valeur sacrée en raison des pluies diluviennes qui s’abattent régulièrement dans cette région tropicale. Ils étaient transportés au gré des déplacements par ce peuple nomade. Les femmes n’avaient pas le droit des les manipuler, seul un homme désigné par le groupe avait la charge exclusive du feu et devait faire en sorte que celui-ci ne s’éteigne jamais, car le bois environnant était la plupart du temps humide. Outre la cuisson des aliments, le feu servait à se réchauffer, confectionner des armes et était au centre des cérémonies. Il permettait également de renforcer les liens sociaux tout comme les sources d’eau dans les zones arides.

Les Aborigènes du Queensland donnèrent à ces planchettes une forme anthropomorphe en hommage à l’esprit du feu – Chikka-bunnah – qui, selon la légende, lançait des bâtons (jiman) en flamme à travers le ciel. Si autrefois on utilisait exclusivement le bois pour les réaliser, les artistes de ce centre d’art qui expérimentent sans cesse de nouvelles techniques ont récemment choisi d’utiliser la glaise pour s’exprimer. C’est ainsi que les femmes ont eu le droit d’en fabriquer à leur tour.

Malgré les distances qui séparent les nombreux peuples aborigènes et leurs différences culturelles, ceux-ci sont unis par une même capacité à créer des œuvres éminemment contemporaines à partir d’un substrat religieux dont les origines remontent à plusieurs millénaires.

  • "Bunyaydinyu Bagu", Alison MURRAY: Art de style  par Galerie Arts d'Australie • Stéphane Jacob

    Bunyaydinyu Bagu, Alison MURRAY

Admin-Area