Salon de style de style Minimaliste par atelier d'architecture Yvann Pluskwa
Salon de style de style Minimaliste par atelier d'architecture Yvann Pluskwa
Salon de style de style Minimaliste par atelier d'architecture Yvann Pluskwa

Le Contexte :

Il s’agit d’un appartement avec grande terrasse construit en gradin qui peut offrir dans sa configuration le sentiment d’habiter une maison de ville sur un terrain en pente.

Cet appartement fait partie d’une collectivité de 6 ou 7 appartements,  avec parkings fermés et  entrée partagée.

La configuration de l’appartement offre une très grandes profondeur avec une vue et une terrasse coté mer et une petite vue secondaire mais néanmoins potentiellement intéressante coté « falaise ». la faible hauteur de l’     appartement conjuguer a sa grande profondeur et son caractère sombre sur le fond arrière, offrait une piste de travail « thérapeutique » a trouver.

La nature de l’aménagement et de sa décoration existante propre aux mode de vie des anciens occupants ne correspondant pas au mode d’habiter de notre maitre d’ouvrage, une réinvention complète  de l’espace était a envisager.

Le maitre d’ouvrage, collectionneur d’art, sculptures et tableaux désirait offrir a ses œuvre le maximum d’exposition possible sans que les usage domestiques  nuisent a leur appréciations.

Le caractère « claustrophobique » de l’appartement ainsi que le travail ambivalent exposer/habiter a donc structurer notre démarche architecturale et ses aménagements.

Le projet :

Il s’agira dans ce contexte de repenser les aménagements en cherchant à produire un nouvel espace qui « sublimerait » l’écrasement du à la faible hauteur des plafonds et la sombre profondeur aujourd’hui peu qualitative des espaces.

Dans cette esprit le projet cherchera par l’effacement et la mise en scène des usages ambivalents exposer/habiter à « fluidifier l’espace, le « désenclaver », offrant l’opportunité de nouvelle relations aux paysages lointains et réinventant un univers ascétique, fluide, modulable, et scénique, à la fois écrin a œuvre d’art et lieu d’habitation.

C’est à partir de ce fond imaginaire que s’organiseront les espaces de l’appartement, à la recherche d’horizontalité, de longueur, d’allongement et de puretés dans univers chromatique et matériels, blanc et noir, aux finitions soignées, attentives aux regards au touché et à la lumière.

Dans cette quête d’horizontalité intérieure, l’appartement s’étendra au dehors en cherchant à atteindre métaphoriquement et poétiquement la plénitude de l’infini marin et du ciel pure dans une nouvelle transparence longitudinale.

A l’extérieur en continuité des intérieures sera aménagé un ensemble d’éléments a vocations variés, disposés sur un parquet de bois sombre de même couleur que le parquet intérieur re teinté.

Un écran léger et suffisamment haut sera réalisé pour masquer les regards des voisins du nord ouest et au sud une toile tendu couvrira l’espace en avant de la chambre.

Dans le prolongement des espaces intérieurs sera réalisé un bassin longiligne comme serti dans le parquet, complété d’un point d’une douche brumisateur d’inspiration « balinéenne ».

Afin de permettre cette nouvelle transparence et cette légèreté spatiale, l’ensemble des éléments mobiliers et dispositifs seront décollés des sols et des murs, accentués le soir par des jeux de lumières « magique ».

La cuisine objet très présent dans l’espace formera le corolaire d’un long meuble bas en lévitation et sera créer comme un objet de mystère aux visages et activités multiples. Le comptoir intégrera une table de repas dissimulée dans l’épaisseur du meuble. La hotte escamotable et plaque de cuisson seront masquées par un plateau coulissant blanc support de présentation de table, le fond arrière de la cuisine sera habillé de trois grandes portes coulissantes mettant en scène une intériorité domestique précieuse.

La chambre master et sa salle de bain par un jeu de transparence de vitrage acidé réverbérera par couches comme un palimpseste la lumière retrouvée par abolition d’un mur de refend qui à l’origine l’obstruait.

Un long banc de béton blanc en fond de terrasse extérieur scellé à mi hauteur des jardinières offrira une lecture plus douce et accueillante de la terrasse permettant par sa disposition à diminuer l’appréhension verticale et occlusive des grosses jardinières existantes.  

Les baies vitrées coulissantes parfaitement hideuses seront remplacées par des portes fenêtres sur pivot aux cadres très minces ouvertes de manière manifeste au dehors.

Un réaménagement général parachèvera le projet toujours dans cet esprit d’effacement et de légèreté.

Crédits: pierre Jean verget & Bettina Lafond
Photos similaires
Commentaires

Solliciter un devis

Le numéro est incorrect. Merci de vérifier le code du pays, préfixe et numéro de téléphone.
En cliquant sur 'Envoyer', je confirme que j'ai lu le Politique de confidentialité et j'accepte que mes informations précédentes soient traitées pour répondre à ma demande.
Note : Vous pouvez révoquer votre consentement en envoyant un e-mail à privacy@homify.com