Plafond neo rennaissance. par aurélien de busscher minimaliste | homify

Plafond a caisson recomposant un ciel pixelisé. Derrière cette ensemble l'histoire du batiments réapparait réapparait en noir. L'histoire du lieu est toujours dans mes création. Plafond d'éntrée de particulier. Module en MDF peint.

5m X 1,5 m

un texte plus formel,

écrit par

Florian Sumi.

Aurélien De Bussher puise ses sources dans un répertoire de formes prolixes.

L'une des plus marquantes serait sans doute issue des grands projets monarchistes. Versailles, Potsdam, le Kremelin. Cette fascination qu'il entretient est liée à de grands ensembles qui nécessitent une réflexion sur les particularismes des modes de vies. Tournant le dos aux conceptions rationnelles de l'aménagement de nos espaces urbains, il privilégie un rapport spécifique à l'objet. Quitte à contourner l'économie de la fonction,

il réfléchit au delà de nos attitudes sociales, en réinstaurant le cabinet à secret, le chemin de table, le fume cigarette… il réemploie l'objet inusité et obsolète. Il est question pour lui de placer au centre de vies sociales tendant à l'homogénéité, des pratiques pouvant toucher à l'inutile, à la spécificité.

Ses projets d'aménagements ont tendance à dédier un mobilier à une fonction précise, et de ce fait il évince tout autre activité qui ne s' y rapporterait pas. Ses bibliothèques fonctionnent comme autant de façades architecturales qui prolifèrent sur la totalité d'un mûr, constituant une sculpture praticable composée d'une apparente répétition d'éléments. Mais un casier/module ne peux contenir qu'un format préétablit. La cohérence de l'objet vient d'une aptitude à consacrer un espace pour chaque chose. Des 'rayonnages', une tablette permettant de poser le livre entre ouvert, un lustre plafonnier et l'espace est achevé.

Le plafond est un de ses supports privilégiés , reprenant la tradition baroque des apparitions et transformations optiques, il élance les volumes d'un espace vers une construction en trompe l'œil, créant par là une entité architecturale impropre et transformée.

Cet héritage est aussi celui des grands travaux d'intérieur des paquebots de croisière, dont le France qui constitue une de ses obsessions notoires. Chaque évènement quotidien confié à un designer, de la salle de réception, au boudoir, en passant par la chapelle. Les objets et aménagements deviennent cultes par leur capacité à répondre à chaque besoin sensoriel et mécanique.

C'est de cet enseignement que De Bussher tire ses inspirations. L'enseignement d'un mode de vie sans standard, laissant place à la réinvention de notre rapport à l'objet.

Photos similaires
Commentaires