Un dernier voyage: centre d’expositions de style par spray architecture | homify
Un dernier voyage: Centre d’expositions de style  par Spray architecture
Un dernier voyage: Centre d’expositions de style  par Spray architecture
Un dernier voyage: Centre d’expositions de style  par Spray architecture
Aimez-vous ce projet?
Contactez l'expert pour plus d'informations.
OK
Aimez-vous ce projet?
Contactez l'expert pour plus d'informations.
OK

Lieu Meuse (55)

Maître d’ouvrage Privé

Phase Réception août 2014

Surface 110 m²

Coût 180 000.- HT

Maître d’œuvre Spray architecture & Gabrielle Vella-Boucaud (www.sprayarchitecture.com)

Photographe Jelena Stajic (www.jelenastajic.com)

Illustrateur Thibaut Rassat (www.thibautrassat.com)

Un Dernier voyage est un projet de maison individuelle implantée sur un ancien pâturage, auquel on accède par un chemin forestier. Le terrain est à flanc de colline, à l’extrémité d’un petit village et à quelques mètres de l’orée d’un bois. Un des bois peuplés par les œuvres du parcours d’art contemporain et de land art nommé « Le vent des forêts ». Des artistes et designers du monde entier interviennent dans ce morceau de campagne meusienne choisie par les commanditaires pour y construire leur maison. Longtemps imaginée, après des années passées dans différents territoires d’Outre-mer, un Dernier voyage reflète leurs différentes influences artistiques.

Elle écrit, lui sculpte le bois et le métal. La maison est, de ce fait, conçue comme un lieu propice à la recherche d’inspiration et à la création. De plain-pied, elle est complétée par un container devenu atelier de sculpture. Porté par une ossature métallique, le volume se décolle du sol et préserve l’aspect du terrain et sa déclivité. Le plan est un rectangle de vingt mètres par six, le plus largement ouvert afin de favoriser une circulation fluide et une flexibilité d’aménagement. De part et d’autre d’un noyau composé d’une chambre et des pièces d’eau, se trouvent le séjour-cuisine et un bureau reliés par une circulation large permettant d’exposer des sculptures. Deux terrasses s’ajoutent au volume ; au Sud-Ouest, une terrasse d’entrée couverte et au Nord-Est une terrasse sur toute la longueur de la maison au-dessus de laquelle se prolonge l’ossature métallique en vélum.

La belle matérialité a vertu d’économie selon les principes brutalistes. C’est pourquoi, le plafond exhibe son ossature métallique, son bac acier, des équipements techniques et le plancher son béton. A l’extérieur, l’enveloppe en bardage métallique noir évoque la tôle d’un container, un objet de transit modeste mais solide et très usité en Outre-mer. Ce monolithe noir contraste avec le paysage rural. Mais sa forme allongée et basse, son positionnement sur la colline le noient dans un arrière-plan verdoyant. Ses façades sont percées verticalement ; soit par des portes-fenêtres ouvrant sur la longue terrasse et sur les collines ondoyantes, soit par des fenêtres fixes qui cadrent le paysage et jouent avec le caractère traversant du plan. Suivie de son atelier-container implanté selon le même angle, la maison semble gigogne.

Un Dernier voyage est un habitat brut, dans un contexte sauvage, qui fait écho aux longs trajets effectués par les containers cédés par les compagnies de transport maritime.

Crédits: Jelena Stajic
Photos similaires
Commentaires

Solliciter un devis

Le numéro est incorrect. Merci de vérifier le code du pays, préfixe et numéro de téléphone.
En cliquant sur 'Envoyer', je confirme que j'ai lu le Politique de confidentialité et j'accepte que mes informations précédentes soient traitées pour répondre à ma demande.
Note : Vous pouvez révoquer votre consentement en envoyant un e-mail à privacy@homify.com